liseré gauche   Désapprendre pour apprendre…  liseré droit

Prenons le temps de nous reconnecter

La période automnale est dense et 2022 se prépare avec son rituel de bilans, perspectives budgets et entretiens annuels. Ce que nous souhaitons vous proposer cette année, c’est d’aborder différemment ces rituels. Pourquoi pas par exemple prendre le temps de valider individuellement et collectivement nos intentions avant un rendez-vous récurrent, nous interroger mutuellement et explicitement sur les attendus, et ainsi prendre conscience de nos comportements automatiques et réajuster? C’est frais, efficace et cela réengage. Désapprendre pour apprendre : on vous parle ainsi ce mois-ci de la systémie, du travail hybride, de prendre du recul face aux automatismes, et de se faire aider pour vivre au mieux les transitions.

Trouvez un mode de travail hybride efficient, un nouveau défi pour les entreprises attractives?

Ni 100% au bureau, ni 100% en télétravail, plus seulement en home office, mais davantage en flex office… La pandémie a chamboulé nos façons de travailler et a fait naître de nouvelles envies de mieux concilier vie professionnelle et vie personelle. C’est la promesse du travail hybride. 78% des talents français plébiscitent un modèle hybride selon l’étude Cadremploi x Boston Consulting Group. Leur souhait : « en mode hybride, on viendra au bureau pour fêter ensemble des réussites, se retrouver en atelier pour être créatif et débattre. On a de nouveau besoin de s’interrompre en réunion, de s’interpeller, de décoder le langage non verbal, de partager de la convivialité… » Si les entreprises y sont aujourd’hui favorables, c’est aussi parce qu’elles ont la preuve qu’en télétravail, la productivité n’a pas chuté. Aujourd’hui, le travail hybride rend l’entreprise attractive, notamment auprès des plus jeunes candidats. Les managers eux, attendent d’être accompagnés. En effet, le défi sera de préserver le lien social entre les collaborateurs, de renforcer leur motivation et d’accompagner le bien-être et le développement des collaborateurs. Quel est la valeur ajoutée du coaching sur ce sujet? – de co-construire en collectif les modalités de travail, au niveau du Codir ou plus largement, – d’accompagner les managers dans leurs nouvelles postures. Le coaching permet de développer et d’embarquer les managers dans l’appropriation de ce nouveau modèle, – d’aider à surmonter les embûches, réévaluer les décisions pour s’adapter en permanence.

NOUVEAU : Abonnement au flash coaching

En France en 2020, on estime que 46% des managers et dirigeants ont eu recours au coaching. Cette démarche à laquelle les entreprises font de plus en plus appel pour bénéficier d’un regard extérieur, permet à l’organisation, à une équipe et à un individu de trouver ses propres solutions pour se mettre sur un chemin de croissance. Les coachings individuels répondent souvent à des demandes de changements profonds et sont mis en place sur une période pouvant aller de 6 à 10 mois. On se rend compte aujourd’hui qu’il y a aussi des besoins de coaching en mode « flash », pour répondre à des problématiques différentes, par exemple : – travailler sur une relation en particulier ou une étape à passer, – lever des freins par rapport à une prise de parole en public, – se remettre dans la dynamique du travail en présentiel, – revenir après une longue absence du bureau, – trouver sa place dans une nouvelle équipe… Pour faciliter la mise en place de ces « flash coaching » nous vous proposons un système d’abonnement sur un format de 2 à 4 séances par collaborateur, sur une période de 2 à 6 semaines. Un abonnement vous permet d’acheter un quota d’heures de coaching à répartir selon les besoins de vos collaborateurs, à un tarif avantageux. Cela reste une alternative aux coaching longs, pensez y.

Systémie, neurosciences et coaching

Depuis début 2021, nous nous formons plus intensément à la systémie, qui, alliée à un éclairage sur les neurosciences, nous apporte une ouverture et des outils d’action intéressants pour nous coachs, au service de nos clients. L’approche consiste à expérimenter pour comprendre, pour élargir les options, pour ancrer un nouveau comportement. Enfin, pour apprendre, il faut agir, et ne pas forcément passer par le mental qui consiste à expliquer et former. Déjà, nous appliquons cette approche dans nos accompagnements. Chaque individu, chaque groupe interagit au sein d’un système : chaque modification fait bouger le système. Donc chaque stimulus apporté au système provoque des réactions qui peuvent être analysées : cela rejoint une approche de test&learn. Le/la coach définit ainsi le système pertinent pour son client, et tout en respectant son environnement, provoque des situations qui vont le sortir de son mécanisme automatique. Bref, c’est vertueux et on continuera sûrement à vous en parler!

Alenvi : la société du lien

Un petit livre plein d’humanité et d’espoir que nous vous conseillons fortement. Clément, Thibault et Guillaume sont 3 entrepreneurs qui croient que le lien est plus important que le processus et l’économie d’échelle. Qui pensent que si nous souhaitons accompagner au mieux les personnes âgées dépendantes alors il faut accompager au mieux leurs auxiliaires et leurs soignants. Qui pensent qu’on peut aussi gagner de l’argent en respectant chacun et en écoutant les personnes de terrain. Ils se sont ainsi lancés dans le soin aux seniors, et ont remplacé un business dominé par la tâche tayloriste, par une économie du lien, ancré sur une organisation gérée par les soignants. Cela fonctionne et se développe, cela va faire des petits dans d’autres secteurs de la société.

"Pourquoi me demande t-on si je fais des gâteaux pour les anniversaires ?"

« Cela semble être une préoccupation pour les journalistes, mais je ne suis pas certaine qu’ils aient posé cette question à mes prédécesseurs hommes. (…) Pourquoi la seule façon d’humaniser les femmes consiste à leur attribuer un rôle de mère? (…) Tant que nous ne serons pas libérées de cette obligation de perfection dans tous les domaines, on ne sera pas émancipées de cette culpabilité permanente, qui nous fait constater toutes les cases que nous n’arrivons pas à cocher. » Extrait de l’interview de Sophie de Closets – Editrice. Ca nous parle et vous? De nombreuses réflexions à lire au fil des interviews avec des personnalités et positions variées.

Nos dernières publications

La newsletter de Juin

Beaucoup de personnes ressentent à la fois une motivation et une appréhension à retourner au bureau.